L’art et la science de la négociation à l’ère du Nouveau Code de procédure civile. Les stratégies essentielles pour le juriste

Inspiré par une tendance nord-américaine en développement, nous proposons que le juriste un contexte où une majorité importante des litiges se résout hors cour, le juriste peut se présenter avant tout comme un expert qui saura conseiller son client pour une résolution efficace, stratégique et satisfaisante de ses conflits. Ainsi, le rôle du conseiller en règlement est appelé à dépasser celui de fournir des conseils et services juridiques. Le juriste devient un spécialiste en résolution de conflits qui est capable de guider et de conseiller effectivement son client par rapport aux modes de prévention et règlement des conflits les mieux adaptés dans le contexte, que ce soit la négociation, la médiation ou l’arbitrage pour n’en nommer que quelques-uns. Cela est cohérent avec les responsabilités déontologiques énoncées dans le nouveau Code de déontologie des avocats et le Code de déontologie des notaires.

L’objectif de notre article est de conseiller le juriste sur l’art et la science de la négociation. Quelles sont les stratégies essentielles à connaître pour être un négociateur efficace ? Nous recommandons au juriste de développer trois habiletés en négociation qui ont fait leur preuve puisqu’elles sont fondées sur la recherche empirique scientifique en négociation. En résumé : (1) le négociateur efficace est flexible quant à son style de négociation, (2) le négociateur efficace adopte un comportement éthique et (3) le négociateur efficace vise l’équité et le développement de la confiance. Nous explorons maintenant en détail ces recommandations qui pourront guider le juriste dans ses négociations autant pour régler un litige à l’amiable, comme dans une pratique de droit collaboratif, que pour négocier les bases d’une relation contractuelle (d’affaires, de travail, etc.).

Ce contenu a été mis à jour le 11 mai 2017 à 9 h 29 min.